Sous surveillance part.II (2014)

The discretion, the aesthetic and human prints are no longer sought. As evidence in the middle of the pavements, the “camera” is available to anybody willing to use it. People create the finale image by  moving the camera. Unconsciously,  they print the film with their own gestures. Those lights are now totally beyond understanding and not quite decodable.

La discrétion, l’esthétique et les empreintes humaines ne sont plus recherchées. Posé ou fixé en évidence dans la rue, le sténopé est à la disposition de tout le monde. Les passants créent l’image finale en déplaçant, ou en écrasant le sténopé.

Inconscient, ils  impriment de leurs gestes la pellicule. Les traces deviennent incompréhensibles ou difficilement déchiffrables.

IMG_9979.JPG12.jpgIMG_8470.JPGIMG_9241.JPGIMG_8466.JPG10.jpg11.JPG13.jpgIMG_9974.JPG